Vous êtes ici : Accueil > Histoire de l’école > De 1914 à nos jours
Publié : 15 avril 2012

De 1914 à nos jours

De l’ Ecole ST JOACHIM (1889-1923) à l’’École du SACRÉ-CŒUR

en passant par

l’HÔTEL du Directeur de la Pénitentiaire (1876-1913)

Afin de pouvoir pallier à la réorganisation de leur 4ème école et la mise en place d’un pensionnat,

la congrégation des Frères Maristes se mit en quête de solutions pour acquérir un autre local en vue de concrétiser ce projet.

En effet, située en 1889 Baie de la Moselle, à peu près en face de l’ancien cinéma HICKSON, l’actuel Ciné City,

l’École St Joachim constituée de 4 classes pour un effectif de 100 élèves en primaire et 60 en Cours Spécial (section Collège), était devenue bien trop exigüe pour accueillir ce nouveau projet en 1914.

De plus, par crainte de voir la mise en place des lois 1905 (séparation des Églises et de l’État) dans la Colonie, la congrégation avait vendu en août 1906 le bâtiment de l’école et en était devenue redevable d’un loyer malgré les maigres ressources de l’établissement.

17 janvier 1914

Acquisition de l’Hôtel du Directeur de la Pénitentiaire

par les Frères Maristes pour ouvrir l’École du Sacré-Cœur

Le service de la Pénitentiaire ayant été supprimé en Nouvelle Calédonie depuis une quinzaine d’années, un décret ministériel ordonna en 1913 la vente de tous les immeubles anciennement affectés à ce service.


C’est ainsi qu’en fin novembre, la liquidation de l’Hôtel du Directeur de la Pénitentiaire construit en 1876, situé sur les hauteurs du centre de la ville de Nouméa, près de la Cathédrale St Joseph, fut annoncée et permit aux Frères d’en devenir acquéreurs

le 17 janvier 1914, lors de sa vente aux enchères.

17 juillet 1914

Bénédiction et

Ouverture de l’École du Sacré-Cœur


Après 6 mois d’aménagements importants entrepris par les Frères,

l’école fut solennellement bénite le 17 juillet 1914, et fut placée sous le patronage du Sacré Cœur.

C’est ainsi que l’École du Sacré Cœur, 5ème établissement fondé par les Frères Maristes en Nouvelle Calédonie , recevait dès le lendemain la soixantaine de garçons du Cours spécial de l’école St Joachim et par la suite ceux du cours primaire.

En 1920, le directeur, Frère Albano passa commande d’une belle statue du Sacré-Cœur haute de 2 m et pesant 200 kg. Elle fut installée sur les hauteurs de la cour du haut, dominant ainsi la ville et l’école.

La bénédiction de la statue fut faite en juin 1922, lors de la fête du Sacré-Cœur.

1930 à 1963

Agrandissement de l’École du Sacré-Cœur

en 5 GRANDS CHANTIERS

Les inscriptions ne cessant de croître de 1930 à 1963,

les Frères décidèrent d’entreprendre à plusieurs reprises différents chantiers d’extension.

  •  

1er Chantier en 1930 : Construction du bâtiment de l’actuel réfectoire et salles de classe du Cycle 2

15 ans après l’ouverture du Sacré-Cœur, la congrégation entreprit en 1930, la construction d’une nouvelle bâtisse derrière le bâtiment d’origine, comprenant :

au rez de chaussée, une grande cuisine et un vaste réfectoire
et à l’étage, 3 nouvelles classes et un dortoir pour les pensionnaires.

Cet ouvrage fut réalisé en l’espace de 3 mois par une "armée d’ouvriers" rejoints par les Frères durant les vacances pour l’aménagement des locaux.

Ce fut un chantier pénible mais l’entrain et l’esprit d’amitié qui y régnaient, mirent de la joie dans le cœur de chacun.

  •  

2ème Chantier en 1940 : Construction du bâtiment de l’actuel pôle administratif

Profitant des vacances de 1939-40, les frères se mirent à l’ouvrage en abattant les vieilles dépendances mais aussi des pins colonnaires et construisirent un édifice allant du boulevard Vauban aux cuisines, comprenant :

3 appartements, une infirmerie avec dortoir attenant, un parloir, reconvertis de nos jours en pôle administratif, terminé d’un petit garage.

Cette initiative permit de récupérer à l’époque 2 classes dans l’ancien bâtiment.

Les années de guerre ne furent nullement nuisibles à l’école.

Au contraire, les effectifs augmentèrent pour atteindre en 1941 la 300ème inscription enregistrée par le directeur Frère Amédée.

C’étaient encore des constructions en perspective.

  •  

3ème Chantier en 1945 : Construction du bâtiment de l’actuel pôle administratif du SFIC de la DDEC

En novembre 1945, la congrégation entreprit les travaux pour édifier un bâtiment de 40m de long sur 12 m de large, destiné à servir de dortoir de 80 places, situé sur le flanc droit de la cour du haut.

Il fut en 1962 reconverti en salle de classe puis en salle de sport, en BCD, et de nos jours, en bureaux administratifs du Service de la Formation Initiale et Continue de la DDEC.

Une fois encore, les Frères payèrent largement de leur personne pour exécuter les travaux d’aménagement.

Tout fut prêt pour la rentrée de mars 1946.

Jusqu’en 1950, le Sacré-Cœur n’étant qu’un établissement de 1er cycle allant du primaire en 3ème, les élèves désireux continuer jusqu’au baccalauréat devaient intégrer le Lycée La Pérouse.

Cette problématique soulevée par les familles d’élèves, amena le Frère Léandre à ouvrir un second cycle afin de permettre aux élèves de rester au Sacré-Cœur jusqu’au baccalauréat.

Une fois de plus, un bâtiment s’imposait, pour faire face aux nombreuses inscriptions.

  •  

4ème Chantier en 1953 : Construction du bâtiment de l’actuel Cycle 3, SP, SM et de la BCD

L’ouvrage fut mené à bonne allure et financé par une importante subvention du Conseil Général.

A la rentrée 1954, une construction de 3 étages donnant directement sur le boulevard Vauban était inaugurée, comprenant :

un rez de chaussée doté de 2 classes, un laboratoire et un vaste garage,

et aux 3 étages, 8 classes et un dortoir qui fut transformé par la suite en 4 salles de classes.

Étant à cette époque le seul établissement catholique permettant aux jeunes garçons de pousser leurs études secondaires jusqu’au BAC 1ère partie, celui-ci fut très vite saturé et l’on dut envisager une nouvelle extension.

  •  

5ème Chantier en 1961 : Construction du bâtiment de l’actuelle Salle de Réunion de la DDEC et des bureaux de l’APEP

En 1961, sous les directives du Frère Prudence, un nouveau bâtiment d’un étage fut construit en haut du plateau, juste au dessus de la statue du Sacré- Cœur.

Ce pavillon servit dans un premier temps de dortoir pour les grands et de chambres aux Frères,
puis par la suite, fut reconverti en 4 salles de classe, et de nos jours en bureaux administratifs de l’APEP au rez de chaussée et en salle de réunion de la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique, à l’étage.

En 1963, on comptait 1050 élèves inscrits, toutes sections confondues au sein de l’établissement.

Quoi qu’il en fût, la nécessité de séparer le secondaire de l’élémentaire fut impératif,

ce qui amena la congrégation, dès 1964, d’envisager la construction d’un nouvel établissement d’une capacité d’accueil d’au moins 600 élèves permettant ainsi une meilleure qualité de vie au sein de l’École du Sacré-Cœur.

1966 : Départ de la section Collège à Champagnat

vers le début de l’École Primaire du Sacré-Cœur

C’est ainsi qu’en mars 1966, on inaugura à la Vallée des Colons, la première tranche de 12 classes de l’École Champagnat, de nos jours "Collège Champagnat", accueillant les élèves de 6e à la seconde du Sacré-Cœur.

Seules les classes de 1ère et de Terminales restèrent au Sacré-Cœur avec le Primaire

et durent suivre certains cours au Collège St Joseph de Cluny qui est l’actuel Lycée Professionnel St J. Cluny, situé rue de l’Alma,

en attendant que soit décidé en 1969, par le Comité Calédonien de l’Enseignement Catholique, l’ouverture du Collège Blaise PASCAL aujourd’hui Lycée Blaise Pascal.

Ces nouveaux bâtiments d’enseignement permirent une meilleure restructuration des locaux du 15 boulevard Vauban, en "École Primaire du Sacré-Cœur .

Elle accueillit des années plus tard, filles et garçons, s’ouvrant ainsi à la mixité.

Ecole Primaire du Sacré-Cœur en 2012

De nos jours, environ 500 élèves provenant principalement des quartiers de Nouméa mais aussi des communes de Païta, de Dumbéa et du Mont Dore, fréquentent l’École du Sacré-Cœur, de la maternelle au CM2.

Liste des différentes directions de l’École du Sacré-Cœur

La Direction est actuellement assurée par M. François TRONQUET, en fonction depuis 2010.
Ont également été à la direction de l’établissement :

  • M. Michel CHEVRIN, durant 15 ans, de 1995 à 2009
  • M. Gérald POUILLET durant . ans, de 199. à 1994
  • Sr. Marie-Andrée, durant . ans, de 1975 à 19..
  • Fr. Régis DUPEUBLE, de 196. à 1974
  • Fr. André CAZE, de 196. à 19..
  • Fr. Bertrand ZIEBLER, de 196. à 19..
  • Fr. Germain COTTE, de 19.. à 19..
  • Fr. Amédée, de 19.. à 19..
  • Fr. Léandre, de 19.. à 19..
  • Fr. Louis Arthur, de 1925 à 19..
  • Fr. Albano, de 1914 à 192.

10 Avril 2012

Inauguration de la partie supérieure du bâtiment

de l’Hôtel du directeur de la Pénitentiaire,

après 2 années de rénovation

Durant plusieurs années, la congrégation des Frères maristes prit quartier dans la partie supérieure du bâtiment d’origine mais dut se retirer par manque de nouvelles vocations et la céda à l’école en 2006.

L’ infrastructure menaçant de s’effondrer, due à sa vétusté,

des travaux d’environ 150 millions furent entrepris et financés à concurrence

de 130 millions par le Gouvernement de Nouvelle Calédonie

et de 10 millions par la Province Sud, afin de pouvoir sauvegarder

ce bâtiment classé "Monument Historique" par décret n°600-2010-ARR/DC du 07 octobre 2010.

Pour sa part, la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique participa également à sa rénovation, à concurrence de 10 millions sur fond propre de l’école.

Le 10 avril 2012, on procédait à l’inauguration de cette partie restaurée en présence de M. André-Jean LEOPOLD directeur diocésain, M. Alain LAZARE 1er vice président de la Province Sud et M. Jean-Christophe BOUTONNET représentant de l’Etat.

L’ensemble a été réhabilité en 2 réfectoires au rez de chaussée,

et 2 salles de classes de Sections de Grands et d’un laboratoire informatique destiné au cycle 1 à l’étage .

De nos jours, vous pouvez voir à l’entrée de notre école,

la statue de Saint Marcellin Champagnat (1789-1840)

fondateur de la congrégation des frères Maristes

qui s’était passionné pour Dieu et s’était engagé avec enthousiasme auprès des enfants et des jeunes et tout particulièrement auprès des plus nécessiteux.

Sources historiques provenant du livre

"Centenaire des Frères Maristes en NC 1873-1973" édité par l’Institut des Frères Maristes en 1974.